Home

En 2015 l’Allemagne a lancé son opération « importation de chair fraîche » en important des millions de réfugiés. Ce plan avait été bien réfléchit à l’avance par Berlin et son élite politique avec l’ONU. La majorité des réfugiés ne peuvent pas travailler en Allemagne. Comment pourraient-ils le faire? L’allemand est une langue difficile qui exclut d’office les parents et les adultes de la formation. Seules les personnes jeunes peuvent, et encore, espérer apprendre cette nouvelle langue et surtout les enfants de ces migrants importés quelque part de force en Allemagne après avoir été sélectionnés dans des camps de réfugiés par des associations dites humanitaires via le réseau de l’ONU. Les média allemands parlent de 190 000 réfugiés reconnus qui n’ont pas trouvé de travail. Où sont restés les millions de réfugiés importés par le pays ?

«Ils ont, pour la plupart, fui leur pays d’origine pour fuir la guerre et ont trouvé refuge en Allemagne mais ils ne font rien ici», écrit le Tag24. La situation décrite des migrants est évidente. Si des millions d’Allemands ne peuvent déjà pas trouver un travail dans le pays, comment des millions de migrants qui ne possèdent pas une formation et qui ne maîtrisent pas la langue du pays peuvent y travailler ? Le piège était évident dès le départ. L’objectif est que ces millions de migrants ne puissent pas trouver un travail de sorte qu’elles soient prises au piège et soient gardées comme les esclaves d’un système. L’Allemagne a un grand intérêt stratégique pour importer en masse des enfants.

Seulement 1188 réfugiés ont trouvé un emploi en 2017. «Les rapports des média B.Z, Bild et de l’Arbeitsagentur expliquent que 1188 réfugiés ont trouvé un travail en 2017», écrit Tag24.
“Dans toute l’Allemagne 190 000 réfugiés de pays non européens sont inscrits au Hartz-IV”. 190 000 esclaves en provenance de pays non européens se trouvent pris au piège en Allemagne. Si ces réfugiés quittent l’Allemagne, histoire de voir ailleurs, ils perdent leurs droits de rester dans le pays et de toucher le Hartz-IV. Combien d’enfants est-ce que ces réfugiés ont apporté avec eux en Allemagne ou mis au monde avec l’euphorie de leur arrivée en « terre promise » ? En Allemagne, ce sont toujours des décisions rationnelles allant dans le sens de l’économie qui sont prises et non pas dans le sens de la dignité humaine. Si cela était le cas nous n’aurions pas l’existence de chiffres astronomiques sur le vol des enfants par le Jugendamt et ni l’existence de la fabrique de recyclage de cadavres. Depuis 2015 l’Allemagne importe des millions de réfugiés. Où sont donc passés ces réfugiés si Tag 24 parlent de 190 000 réfugiés qui sont au chômage et inscrits au Hartz-IV ?

Advertisements