Home

Melanie Dittmer a été condamnée par un tribunal de Düsseldorf pour haine raciale le 28 avril 2016 alors qu’elle dénonce la situation du Godistan et qu’elle dit, « nous devons devenir la Forteresse Europe ». Selon le tribunal de Düsseldorf Melanie aurait dérangé l’office religieux d’une mosquée. Cependant Melanie continue d’aller à des manifestations contre Merkel. Dans un entretien Melanie parle de sa situation face au tribunal et sur la situation de l’Allemagne d’aujourd’hui et sur l’Autriche.

OR : Comment faites-vous face au jugement de Düsseldorf ?

Melanie Dittmer: Je le supporte très bien. Cela n’est rien de nouveau en RFA (BRD pour zone d’occupation par les USA). C’est, il est vrai, nouveau comme situation pour moi de manière personnelle car je n’ai jamais eu une telle condamnation dans le passé mais j’ai pu observé ce genre de condamnation auprès de nombreuses personnes. Je n’ai jamais été condamnée auparavant. Mon casier judiciaire était avant vierge. Le jugement a été donné par le tribunal de Düsseldorf et j’ai fait appel du jugement. Donc, ce jugement n’est pas encore valide et tout doit être de nouveau discuté devant le tribunal, devant une instance supérieure au tribunal de Düsseldorf. Nous allons voir comment ces juges vont juger.

OR: Le tribunal de Düsseldorf parle d’incitation à la haine raciale à votre encontre. Qu’est-ce-qui s’est réellement passé ? Votre avis ?

Melanie Dittmer: C’est du n’importe quoi. Quand notre manif a reçu des œufs du haut des fenêtres de la mosquée et que les salafistes nous regardaient en se marrant, j’ai commencé à scander, « nous ne voulons pas de porcs de Salafistes ». Avec ce slogan, j’aurais selon la justice heurté l’aspect sacré et religieux de la prière des musulmans. Je me demande, donc, pourquoi ils se trouvaient aux fenêtres si ils étaient, donc, si braves en train de prier. Ce n’est qu’une pure provocation de leur part.

OR: Qu’est-ce-qui a changé dans votre vie depuis le 28 avril ?
Melanie Dittmer: Rien ! Je vis exactement comme avant. Cette injustice ne me provoque pas et je ne vais pas changer ma manière d’être en tant qu’activiste politique. Ce jugement confirme tout simplement que notre justice est entre les mains des Socialistes et des Grünen et que notre ministre de la Justice Jäger, SPD, embrasse les pieds. Tout cela confirme notre islamisation forcée par le système.

OR: Ne peut-on pas affirmer que la justice allemande actuelle condamne les patriotes pour servir l’ONU puisque votre pays est un pays occupé depuis la fin de la Première Guerre mondiale ? Votre avis !

Melanie Dittmer: Oui, on peut tout à fait l’affirmer. Ceux qui s’investissent pour la liberté dans ce pays en hurlant « Merkel doit partir », pour un véritable socialisme auprès du peuple, contre les élites, contre les capitalistes qui emploient des salariés étrangers pour de très bas salaires dans des conditions inhumaines, sont exactement ceux qui sont criminalisés pour réaliser ce « One-World-Utopie ». Nous sommes contre le mot « citoyen du monde ». Nous sommes des individus issus de Nations qui ont leur langue, leur identité. Nous ne voulons pas devenir des esclaves. Nous voulons décider par nous nous-mêmes comment nous gouverner sans avoir l’obligation d’obtenir l’aval des Etats-Unis. C’est notre Europe. Alors nous devons tout simplement la reconquérir et la libérer. Nous sommes pour une Europe des Nations !

OR: Puisque votre pays est, comme la France, occupé par les Etats-Unis, est-ce-que les patriotes en Allemagne peuvent avec Pegida obtenir un résultat ? Est-ce déjà trop tard ? Pourquoi ?

Melanie Dittmer: Ce n’est jamais trop tard ! On ne peut pas penser aussi négativement ! Là, je suis totalement ancrée dans la spiritualité que nous trouvons à l’est ou en Asie. De telles pensées négatives peuvent voler l’énergie. Ne pensez jamais que nous ne pouvons rien changer ! Nous devons tous nous unir. C’est de toutes les façons ce qui se passe actuellement en Europe. L’Europe connaît actuellement une vague patriotique et cette vague va , de nouveau, devenir nationaliste. Nous allons tous retrouver nos racines. Et c’est la meilleure des choses à faire pour nos pays. PEGIDA, AfD, le Front National, Hofer, Orban, tous ces éléments ne sont que le début ! Les peuples d’Europe se soulèvent. Un tel mouvement a besoin d’un peu de temps. On doit rester confiant et on ne doit pas paniquer. Rome n’a pas été conquise en une journée. La politique se mesure au temps de notre époque. La nouvelle époque est en train d’être mise en place. Nous devons surtout investir plus de temps et faire encore plus. Nous devons organiser des formations, des séminaires, des manifestations, coller des informations dans les lieux publics, mener des actions subversives dans les rues comme le font les mouvements identitaires. Nous devons trouver tous les moyens pour fomenter et organiser la Reconquista et la faire connaître à la population. Et nous allons réussir !

OR : Aujourd’hui vous avez l’interdiction d’organiser des manifestations et malgré tout vous continuez de participer à des manifestations pour dénoncer l’islam et la politique de Merkel. A quelles manifestations avez-vous participé depuis cette condamnation d’avril et quels sont les risques pour que la police vous mette en prison ?

Melanie Dittmer: J’ai le droit d’annoncer des manifestations et de les organiser. Je n’ai seulement pas le droit d’être le responsable de la manifestation. J’ai été accusée d’être coupable lors de notre passage devant la mosquée. Pour cette raison, je ne peux pas être employée aujourd’hui comme leader d’une manifestation selon la police. Mais je peux enregistrer des manifs. Et je le continue à le faire de manière active ! Ils ne vont pas avoir un seul moment de répit de ma part ! Pour tout dire, j’ai depuis la condamnation de Düsseldorf parler pendant une manifestation à Karlsruhe où le slogan était « la jeunesse se révolte-Merkel doit partir ! » et j’ai enregistré une manifestation à Bonn dans la commune de Bad-Godesberg. Dans cette commune un jeune homme de 17 ans, Niklas Pöhler de la commune de Bad Breisig a été brutalement frappé à la tête par un Marocain de 21 ans et est décédé des suites de cette attaque dans la clinique universitaire de Bonn. Comme Bonn est ma région d’origine (donc Bornheim près de Bonn), je me suis sentie obligée d’enregistrer une manifestation sous le slogan « stop à la violence ! ». La police a eu peur de mon intervention en public et m’a interdit de parler durant la manifestation ! C’est totalement dingue ! Nous sommes sous le système de la RDA 2.0. Ils dénoncent le comportement de la Corée du Nord en ce qui concerne la liberté d’expression mais en ce qui concerne la liberté d’expression en Allemagne, c’est totalement une double morale. A savoir si la police peut me mettre en prison ou pas je m’en moque ! J’ai des amis partout aussi à l’étranger et je vais recevoir des visites et des lettres ! Je n’ai pas peur ! Le pouvoir veut me briser, mais ça ne marche pas ! Ils veulent avoir une petite Mélanie qui reste dans son coin en train de pleurnicher et qui ferme sa bouche sur la situation politique ! Ils peuvent attendre que les poules aient des dents ! Cela n’aura jamais lieu dans cette vie ! Bien sûr, je fais tout pour me comporter dans les lignes du droit pour éviter de leur donner l’occasion de me mettre en prison. Si ils me mettent en prison, j’aurais alors beaucoup de temps pour lire et pour trouver de meilleurs arguments pour mener le combat pour faire évoluer la politique allemande et en Europe !

OR : Qu’est-ce-qui est le plus dangereux pour les patriotes ? La police allemande, la justice allemande ou le changement de peuple qui a lieu actuellement car de plus en plus d’Allemands sont frappés et tués par des étrangers comme dans le cas de Niklas P ?

Melanie Dittmer: Les patriotes allemands sont plus aptes à se défendre que le reste des autres Allemands car ils ont conscience du danger et sont souvent armés d’une bombe lacrymogène et très souvent préparés physiquement au combat. Nous avons pour nous des avantages ! En particulier dans ma région, qui est Bonn/Cologne, c’est extrêmement risqué. Nous avons eu la nuit de la nouvelle année à Cologne et le cas de Niklas Pöhler et d’autres… On doit vraiment faire attention ! En outre, ce ministre incapable de l’Intérieur Jäger n’engage aucunes mesures pour lutter contre les violences. Si, par contre , j’avais un jour le pouvoir, je renverrais sur le champ tous ces migrants (réfugiés) responsables d’incivilités et de violences dans leur pays d’origine ! Là, on aurait déjà beaucoup moins d’individus ! Mais Jäger préfère mentir dans les conférences de presse en disant qu’il n’était pas informé.
En fait, la police est pour nous le plus gros problème et nous empêche d’agir. En particulier, les services de la protection d’Etat, posent de gros problèmes au point de se demander si ils ne sont pas en train de prendre la protection des migrants au profit des nationaux. C’est totalement non démocratique de voir de telles unités de la sécurité agir contre nous. Car les manifestants des Antifas peuvent organiser leurs manifestations sans être dérangés par la police. Surtout que les Antifas, eux, sont dans la violence permanente.

OR : Le cas Niklas P a eu lieu à Bad Godesberg. C’est dans le secteur où vous vivez. Comment expliquez-vous que cette zone comprise entre Cologne et Bonn soit devenue si dangereuse pour les Allemands ?

Melanie Dittmer: Je vis à Bornheim. C’est exactement à 20 kilomètres de Cologne et c’est situé à côté de Bonn. Bad Godesberg est un quartier de Bonn. Entre-nous nous nommons Bad Godesberg le Godistan. Là, vous trouvez plus de barbus et plus de burkas que des Allemands. Là, aussi, se trouve une mosquée de Salafistes qui est observée par les services secrets. En 2012 des policiers ont été sérieusement blessés par des salafistes avec des couteaux quand des patriotes ont tenu tête à des mahométans. Le Godistan n’est plus allemand et c’est une zone perdue. C’est épouvantable ! Mais là, aussi, nous avons des individus courageux qui continuent de vivre dans cette zone et qui continuent de coller des affiches ou des autocollants la nuit ou de mettre des bannières sur les ponts des autoroutes avec les slogans, « Merkel doit partir ! ». Rien qu’à Bornheim là où je vis nous avons 14 centres pour réfugiés ! Le soir des Africains passent en vélo dans mon village avec des bouteilles de whisky. C’est dingue ! On peut voir qu’ils sont très très traumatisés… Je me demande vraiment de qui nos politiciens se moquent. Nous somme dirigés par des fous ! Les individus qui ont violé et attaqué des Allemandes venaient tous de la région de Cologne et de Bonn. Ils viennent tous de nos villages et ils vont en direction de la grande ville et ils tripotent les femmes. C’est très répugnant. J’en perds mes mots… Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la police, qui était présente, n’a pas tiré dessus ! Les femmes ont hurlé pour obtenir de l’aide. La police n’a pas bougé ! Des amis se trouvaient à Cologne ce jour là et ils ont vu partout des blessés, aussi en sang, allongés sur le sol. C’est quoi cette police ? Des danseurs de ballets ? Ils doivent utiliser leur arme en cas de besoin. Rien n’est plus normal ici en Rhénanie-du-Nord – Westphalie. Actuellement les autorités ont investi 50 000 euros pour apprendre aux réfugiés comment faire du vélo ! Avec cet argent, ils auraient mieux fait d’engager des services de sécurité qui auraient pris en charge la sécurité autour de la Cathédrale de Cologne puisque la police est, entre-temps, devenue un service pacifiste.

OR : Ce dimanche les Autrichiens ont élu leur président. Le résultat était bizarrement de 50% à 50% pour Alexander Van der Bellen (Grünen) et pour Norbert Hofer du FPÖ. Des doutes sur les résultats sont émis depuis. On parle de manipulation des votes. Le ministère autrichien de l’Intérieur a publié sur son site un résultat tout à fait différent de celui publié par les média autrichiens. Sur le site Norbert Hofer sortait gagnant de l’élection. Maintenant c’est Alexander Van der Bellen qui a été élu. Signe que l’Autriche est aussi un pays occupé comme l’Allemagne ? Et que pensez-vous de ce résultat ?

Melanie Dittmer: Je n’en sais rien. Je suis réaliste et je n’ai pas de suppositions, même si je ne peux pas m’imaginer que les Autrichiens puissent être autant à côté de la plaque que les Allemands. Je ne peux pas m’imaginer qu’il puisse encore exister en Europe un tel pays qui choisisse encore une telle politique ! Nous devons attendre ce qu’il advient. Je suis tout à fait curieuse comme vous !

OR : Les Allemands, ainsi que vous même, attendent quoi du FPÖ ?

Melanie Dittmer: Une tendance à droite, à travers toute l’Europe, est ce que nous attendons tous en Europe ! Et le FPÖ veut fermer les frontières de l’Autriche aux migrants. Nous espérons que le FPÖ va faire pression en Autriche et que cela va apporter un vent nouveau. Pour chaque pays la politique doit tendre plus à droite. Nous devons devenir la Forteresse Europe.

OR : Comment évaluez-vous la situation de Pegida ?
Melanie Dittmer: Il y a des hauts et des bas. Avec les jours qui rallongent, le nombre des participants baisse. De nombreux manifestants ont peur de perdre leur emploi au cas où on pourrait les reconnaître. J’ai eu le cas. Un ami, qui était à la manifestation que j’avais enregistrée à Bad Godesberg, a perdu son emploi. Il avait tenu une bannière de notre groupe « Action identitaire ». Sur la bannière on pouvait lire, « la liberté de parole pour ceux qui critiquent le système ». Le jour suivant il a été licencié de manière brutale par le manager d’un hôtel 5 étoiles de Cologne. Les gens ont peur de ça. La police regarde sur le Net quand les Linken dénoncent certains de nos membres sur le Net. Nous sommes du bétail pour les Linken et les étrangers. Pour cette raison, avec l’été nous avons moins de personnes dans les manifestations. C’est étrange, mais c’est ainsi.

En plus je trouve Pegida en-soi assez compliqué. Dans les mouvements Pegida, on parle trop souvent contre les mouvements nationaux. Ils ne veulent pas se mélanger avec les autres. Pour l’Allemagne, on devrait tous s’unir. Être d’un parti politique ou appartenir à un groupe en particulier n’est pas l’essentiel. Le seul point commun devrait être l’amour de l’Allemagne. Hélas, trop de gens ne le comprennent pas encore. Pour cette raison, je soutiens la manifestation « Merkel doit partir » de Berlin. Tous ont le droit de parler dans cette manif ! Même des gens du NPD, de Die RECHTE ou des associations d’un mouvement patriotique. Pour moi, c’est réellement un front patriotique. C’est comme ça que nous allons réussir. Pegida se limite de trop.

OR : Le 13 mai Pierre Cassen et Christine Tasin ont lancé le mouvement « Fortress Europe »http://resistancerepublicaine.eu/2016/05/16/prague-nous-etions-avec-pegida-pour-fonder-forteresse-europe/. Votre avis ?

Melanie Dittmer: Tout ce qui est mis en place et utile. Merci pour ce pas !

OR : Quel est votre avis sur l’AfD ?

Melanie Dittmer: Cela dépend de la postion. Avec l’AfD nous avons plusieurs orientations. J’aime bien « La plateforme patriotique » au sein de l’AfD. Björn Höcke, je le trouve aussi super. Ce que dit Björn Höcke est tout à fait juste. Je verrais plus Björn Höcke à la tête de l’AfD au niveau national que Frauke Petry.

OR : Pensez-vous que l’AfD peut gagner en 2007 ?

Melanie Dittmer: Cela serait le début. Si 6,4 millions de réfugiés arrivent, alors nous allons avoir des « Cologne » partout. Cela va pousser les gens à penser autrement.

OR : Bilderberg se réunit à Dresde en juin 2016. Votre avis ?

Melanie Dittmer: Le sujet m’est trop éloigné. Je suis quelqu’un qui parle des choses qu’il connaît. Ces théories du complot avec Bilderberg, je ne comprends pas. Je préfère les choses concrètes de la Realpolitik.

OR : Quels sont maintenant vos plans politiques ?

Melanie Dittmer: Je veux développer le mouvement de l’action identitaire : faire du travail de base, former de bons activistes. L’objectif est de réaliser avec eux des actions et des manifestations.

Merci Olivier Renault pour l’entretien. Un grand bonjour à la France ! Soyons unis ! Votre Melanie Dittmer !

Advertisements